Deux conseillers municipaux de Mauzé ont chahuté le projet d’usine de méthanisation auquel ils sont opposés, estimant manquer d’information.

La société Déméter Energies, représentée par David et Vincent Paillat et Bernard Biraud, a présenté la semaine dernière son projet d’implantation d’une unité de méthanisation sur le territoire mauzéen, sans doute à Prin-Deyrançon. Le public et les élus locaux se sont déplacés nombreux à la salle des fêtes de Mauzé-sur-le-Mignon, à la recherche d’informations et de demandes légitimes s’agissant de ce processus innovant en matière d’énergies renouvelables.

De l’électricité propre

Conjointement avec Didier Renoux, animateur du Centre régional des énergies renouvelables, et Damien Marie, chargé de mission auprès de l’Institut de formation et de recherche en éducation à l’environnement, David Paillat a tracé la génèse du dossier et l’opportunité de répondre à la démarche environnementale en faveur des unités de méthanisation pour la transformation des effluents (fumiers, lisiers) et de « cultures intermédiaires à vocation énergétique », les Cive, afin de les valoriser en électricité (la production pourrait être équivalente à la consommation de 750 ménages hors chauffage), chaleur ou bien digestats au profit des agriculteurs apporteurs.
Après la présentation du fonctionnement des installations de l’unité qui devrait se situer sur la commune de Prin-Deyrançon pour alimenter en chaleur les bâtiments publics de Mauzé (collèges, écoles, mairie ainsi que la partie chauffée au fioul de la piscine) et des modalités d’acheminement vers le site (bennes fermées), la parole a été donnée au public.

Deux conseillers municipaux contre

Dans l’assistance, se sont tout de suite manifestés des opposants, parmi lesquels Annie Tabourier et Philippe Coindeau, deux conseillers municipaux. Annie Tabourier a notamment mis en avant le risque sanitaire, reprochant au maire de Mauzé Philippe Mauffrey, par ailleurs responsable de l’environnement auprès de la CAN, un manque d’information et de concertation sur le sujet.
Philippe Mauffrey a répété que le conseil n’avait fait que donner « un accord de principe sur la faisabilité du projet »et il a assuré que le dossier serait suivi par son équipe.
Des exemples d’ Allemagne et à Montpellier ont été cités alimentant la controverse.
Néanmoins, une fois le calme revenu, les questions sur les effluves, les désagréments liés au transport ou le risque de dévalorisation des biens à proximité ont été abordés et des réponses ont été apportées.
David Paillat a rappelé le carcan des contraintes législatives et administratives et les agréments à obtenir avant d’entamer la réalisation. Plusieurs interventions dans la salle sont venues défendre ce projet.
Par ailleurs, les intervenants ont annoncé vouloir associer la population lors de trois ateliers relatifs au paysage, aux nuisances et aux améliorations souhaitées.

Renseignements auprès de David Paillat chez Déméter Energies au 06.07.13.48.98.

Source : La Nouvelle République

Les porteurs de ce projet privé : Bernard Biraud, Vanessa, David et Vincent Paillat
ante. diam suscipit ut tempus libero. leo